Nombreux sont ceux à se demander, si en réalité, l'AquaRoche (marque déposée), peut se substituer en totalité à la pierre vivante. Certains bacs tournent avec un mélange des deux, mais peu ne tournent qu'avec de l'AquaRoche.

Ce 1000 litres servira en particulier à clarifier les argumentations du fabricant sur son site, à une échelle plus grande que le nano-récif de 25 litres démarré peu de temps avant.

Si l'AquaRoche peut être un excellent support de colonisation bactérienne aérobique et anaérobique, il est difficile de savoir le rôle qu'elle rempliera sur le très long terme. les vers de feu contenus dans les pierres vivantes, ont la faculté de creuser de nouvelles galeries dans leur habitat, et donc de participer au maintien du pouvoir dénitrant de celles-ci. Cela n'étant pas le cas pour l'AquaRoche, lors de sédimentations sur et dans les pores, aucun recul ne permet d'en deviner les conséquences.

Ayant déjà expérimenté du DSB (Deep Sand Bed ou lit de sable épais), et des tentatives de fonctionnement avec un écumage réduit sur mes anciens bacs, j'ai pu remarqué des développements massives d'éponges après plusieurs années. Alors que les spécialistes concèdent volontiers qu'au fur et à mesure du temps, les pierres vivantes sont vouées à perdre leur pouvoir dénitratant, et malgré des sédimentations importantes liées à l'introduction répétitive et directe d'hydroxyde de calcium dans mes précédents bacs, les taux de NO3 mesurés ont continuellement baissés vers le zéro. Faudrait il en conclure, que les développements massives d'éponges se sont substitués à la perte du pouvoir dénitrant des pierres vivantes ?

Bref, il y a plein de questions qui restent sans réponse pour le moment. Mais sur le très long terme, de toute façon, les supports bactériens étant voués à perdre leurs porosités (par exemple, les fabricants demandent bien de remplacer régulièrement les nouilles céramique de filtration), Il faudra espérer que cette tache ait été substituée (développement massive d'éponges, DSB, ...).

Pour le moment, seulement moins d'1kg de pierres vivantes a été introduit pour l'ensemencement.

Le nano-récif de 25 litres n'a subit aucune monté d'algues pendant sa phase de démarrage. Il a été, quant à lui, ensemencé par l'apport d'une éponge, de laitue de mer et de micro-faune prélevées dans l'atlantique. Aujourd'hui, à cause de l'absence d'écumeur et d'animaux herbivores, la régulation des NO3/PO4 se fait par le développement d'algues filamenteuses, etc... On ne peut donc pas conclure sur ce bac, que le développement d'algues filamenteuses soit une conséquence liée à l'utilisation d'AquaRoche.

Maintenant, le temps doit laisser ce support faire ses preuves dans ces deux aquariums, et permettre de voir s'il sera toujours différentiable des pierres vivantes (cliquez pour agrandir) :

Pierre vivante au centre

Ci-dessus, bloc de pierre vivante placé au centre

Pierre vivante à droite

Ci-dessus, AquaRoche sur la gauche/Pierre vivante sur la droite.